Blog indépendant, de conseils et d’actualités sur le crédit

Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité

SUIVEZ NOS ACTUALITÉS

Quelle somme de crédit peut-on emprunter avec un SMIC ?

shutterstock_1889511238.jpg

Partager sur

Facebook
Twitter
LinkedIn

Sommaire

À compter de 10 ans, le pouvoir d’achat immobilier des employés au SMIC s’est accru en France. Il existe par exemple l’accroissement du SMIC, la réduction des pourcentages, etc. Ce phénomène s’est produit malgré des tarifs qui font leur apparition dans les grandes agglomérations. Toutefois, les banques sollicitent plus de garanties avant de donner de l’argent comme prêt. 

Les conditions de l’étude bancaire : privilégiez vos atouts

Plusieurs emprunteurs humbles ont assisté au refus de leurs documents de crédit immobilier. Cela s’est fait avec les conseils établis fin 2019 par le Haut Conseil de stabilité financière ou HCSF. Ces débiteurs sont sanctionnés par la durée maximale à 25 ans et la restriction du pourcentage d’endettement à 33%. Alors, en 2020, environ 45 % des documents rejetés touchent des débiteurs. 

Leur rémunération se situe en dessous de 25.000 € annuellement. La totalité des banques n’a pas encore changé leur pourcentage d’endettement maximal. Or, le communiqué fin 2020 a apporté un changement. Il évoque l’adoucissement par le HCSF des bases d’octroi de prêt qui devrait simplifier l’entrée des emprunteurs humbles au prêt. Par exemple, le pourcentage d’endettement connait une hausse de 35%. La durée de crédit augmente de plus de 25 ans dans le neuf. 

Selon Sandrine Allonier, directrice des études de vous financer, peu de banques valident la subvention des emprunteurs au SMIC. Ce fait est dû au cadre économique. Celles qui le pratiquent avantagent les couples parce que cette action double les profits. Elles requièrent un minimum d’apport personnel et parfaitement une épargne résiduelle suite à une opération. 

Cela favorise la sécurité du remboursement des charges en plus telles que les charges de copropriété, la taxe foncière…

La caution solidaire et personnelle, atouts et risques

Dans cette partie, découvrez une brève description de chaque type de caution, l’atout de l’acte de cautionnement avec ses risques.

Définition

Dans l’environnement professionnel, la caution personnelle représente une garantie de remboursement. Le créditeur (fournisseurs, banques, etc.) la saisit sur le dirigeant d’entreprise. En cas de défaut de remboursement en provenance de la structure qui a fait l’emprunt, l’emprunteur se rabat sur le cautionnement pour réclamer son dû. Pour ce faire, c’est essentiel de ne vous embarquer dans cette procédure que suite à une longue réflexion. 

Il faut remarquer que dans le cas d’une caution solidaire, le détenteur des dettes possède tout à fait l’éventualité de se faire payer. Ce remboursement se fait par la ou les personnes physiques portant caution sans l’intervention de la société. Il faut comprendre d’ailleurs que le fractionnement entre les divers prêteurs pour la caution solidaire ne semble pas obligatoire. 

L’avantage de l’acte de cautionnement

Qu’il s’agisse d’un cautionnement solidaire ou simple, le dressage d’un contrat de cautionnement s’avère obligatoire. Cette procédure est même incluse dans les formalités légales en termes de cautionnement bancaire. Et cela, peu importe la mission et la qualité du garant (associé et/ou dirigeant) dans l’entreprise portée caution. Les cautions représentent par ailleurs des contrats qui doivent se conformer à un certain formalisme pour être validés. 

Cet acte doit pour se faire être rédigé de la main du dirigeant d’entreprise porté caution qui y mettra par la suite sa signature. De fait, il prouve l’engagement du cautionnement par le chef de la société. À défaut, une annulation du contrat est bien faisable. Comme l’engagement peut être déterminé, il est essentiel que l’acte de caution contienne obligatoirement les données ci-après :

  • La somme du prêt professionnel fournie en chiffres et en lettres.
  • La spécificité du contrat cautionné.
  • L’appellation du débiteur à qui le prêt est donné, à savoir la dénomination sociale de la structure.
  • Le pourcentage d’intérêt et la durée du crédit cautionné.
  • L’appellation du créancier ; en d’autres termes, l’établissement de prêt qui a accordé le crédit.

À part ces informations, il est également très recommandé de faire une mention bien distincte dans le contrat. Il s’agit du cautionnement bancaire qui ne sera rattaché qu’aux missions du dirigeant d’entreprise porté caution pratiquée dans la société. Cela permet d’échapper au fait que celui-ci (ou ses successeurs) soit traqué pour des arriérés. Ces derniers sont engendrés par ses héritiers de nombreuses années après être parti de la structure. 

Cet acte ne mentionne pas la longévité du prêt cautionné. Il ne peut pas se dissiper tant que la société persiste. Il est carrément envisageable de l’annuler à tout instant. 

Les dangers d’un engagement de caution

Se porter caution représente un acte grave, dont il est préférable d’évaluer entièrement les impacts. La raison est simple, cela amène l’associé et/ou le dirigeant de l’entreprise à se remplacer à cette dernière. Il se peut que celle-ci se trouve dans l’inaptitude de payer sa dette auprès de l’établissement de prêt. Autrement dit, la caution se verra dans l’obligation de s’en libérer. Ce phénomène se présente en cas de faiblesse de la société à propos du remboursement de sa dette. 

C’est seulement à la hauteur du crédit qui demeure à payer et dans la restriction de son cautionnement. Même si les cautions sont composées de particuliers, c’est la prescription quinquennale qui s’utilise. Cela veut dire que l’acte des banques contre le garant de l’emprunt professionnel est décrété à la fin de cinq ans (ni plus ni moins). L’engagement respecte le contrat de prêt professionnel. 

            Pour résumer, de nombreux faits peuvent amener les débiteurs à ne pas être capables de rembourser leur prêt. Pour y faire face, vous servir de la caution solidaire ou personnelle permet d’une certaine façon de  résoudre ce souci. Il faut quand même avouer que c’est la caution solidaire qui semble plus avantageuse  par rapport à la caution personnelle.