Blog indépendant, de conseils et d’actualités sur le crédit

Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité

SUIVEZ NOS ACTUALITÉS

Est-ce que c’est possible d’obtenir un crédit immobilier avec un co-emprunteur sans emploi ?

shutterstock_2147037509.jpg

Partager sur

Facebook
Twitter
LinkedIn

Sommaire

Au cas où vous envisagez de contracter un prêt immobilier alors que votre conjoint est sans emploi, il faut savoir que la banque s’intéressera particulièrement à la stabilité d’emploi de l’actif et à l’équilibre financier du projet. Voici quelques conseils pour obtenir votre prêt hypothécaire.

Points importants auxquels il faut prêter attention :

Bien que la situation professionnelle du couple, le prêteur passera au crible chaque élément composant le profil. Cependant, lorsque l’un des coemprunteurs est au chômage, certains aspects prennent plus d’importance. 

L’emprunt :

Le taux d’endettement correspond à la part des revenus d’un ménage consacrée uniquement au remboursement d’un ou de plusieurs crédits immobiliers. On parle souvent d’un taux d’endettement de 35% comme d’un seuil à ne pas dépasser. 

Uniquement les revenus d’une certaine nature sont retenus pour le calcul du taux d’endettement, soit dans le cas d’un couple mono-salarié : 

  • Salaire
  • Aide personnelle
  • Revenus locatifs
  • Revenus professionnels du conjoint actif.
  • Autres pensions et aides individuelles

 Le reste à vivre :

C’est un indicateur pour connaître votre niveau de vie. Plus précisément, il s’agit du montant qu’il vous reste chaque mois après avoir payé les frais. Puisqu’elle indique votre niveau de vie et donc votre capacité à rembourser un emprunt, la durée de vie résiduelle joue un rôle important dans votre capacité à emprunter. Il s’agit donc d’un critère supplémentaire que les banques respecteront lors de l’étude de votre dossier.

Les méthodes de calcul du reste à vivre varient selon les banques et selon le nombre de personnes composant le ménage.

Le taux d’apport :

Il est exprimé en pourcentage du montant total de la transaction. C’est possible aussi à partir de la cotisation vous devez estimer le montant du capital auquel vous pouvez prétendre. Elle consiste à ajouter à votre cotisation le montant des mensualités que vos revenus vous permettent.

Exemple, si vous allez acheter un bien immobilier d’une valeur de 100 000 euros avec un apport personnel de 20 000 euros, ce taux d’apport ira jusqu’à 20 % (20 000 / 100 000). Le montant emprunté sera donc de 80 000 euros, ce qui correspond à 80 % du prix d’achat.

 

La gestion des comptes :

Vous devez fournir les relevés bancaires des trois derniers mois. Autant dire que vous serez jugé sur vos qualités de gestionnaire de compte. Il est indispensable de présenter un solde créditeur. Qu’il suffise de dire que les problèmes de facturation exceptionnels sont sous-estimés et risquent à nouveau de faire échouer votre demande.

Les solutions proposées :

Il faut que vous fassiez un appel à un courtier en prêt :

Cela peut vous aider à trouver les meilleurs crédits pour financer votre bien. Le courtier saura déterminer le crédit le plus adapté à votre situation et trouver la meilleure proposition de financement. Mais, si votre endettement est trop élevé, votre conseiller ne pourra rien faire.

Vous avez le choix entre des courtiers locaux qui connaissent bien le marché local et de grandes sociétés nationales dont le volume de chiffre d’affaires vous permet souvent de négocier des conditions de change particulièrement attractives.

Fournir une garantie générale et personnelle :

Au cas où votre crédit immobilier n’est pas approuvé, vous pouvez demander une caution solidaire et individuelle à vos parents. Il s’agit d’une solution qui impose à l’emprunteur de disposer de revenus suffisants pour respecter les délais en cas de défaillance de l’emprunteur et n’est pas sans conséquence puisque les actifs du garant sont nantis.