Blog indépendant, de conseils et d’actualités sur le crédit

Le site d’experts pour vous aider à développer votre activité

SUIVEZ NOS ACTUALITÉS

Comment faire le rachat de ses dettes quand on est senior ?

pexels-gustavo-fring-4173364.jpg

Partager sur

Facebook
Twitter
LinkedIn

Sommaire

À l’approche de la retraite, de nombreuses personnes âgées envisagent de consolider leurs prêts existants pour un paiement mensuel inférieur. Ils visent à alléger la pression de la baisse du revenu du ménage. Si vous avez plus de 60 ans ou approchez de la retraite, veuillez lire attentivement l’intégralité de ce dossier parlant du regroupement de crédits pour les seniors.

Rachat de crédits pour les retraités : comment ça fonctionne ?

La retraite entraînera inévitablement une perte de revenu de 25 à 50 %, selon le type d’emploi. Ce salaire inférieur ne se traduit pas nécessairement par une baisse des dépenses familiales, mais par une baisse du niveau de vie. Mais les retraités ne veulent pas mettre un terme à leurs projets de vie (voyage, travaux d’aménagement de la maison, envie d’aider des enfants, délogement, etc.), bien au contraire.

Afin de répondre au mieux à la baisse de revenus liée au passage à la retraite, il est nécessaire de prévoir une réduction du coût mensuel pour la famille. La collecte de crédits sert pleinement cet objectif. En effet, il permet de cumuler l’intégralité de ses dettes pour consolidation. Résultat : l’emprunteur n’a à rembourser qu’un seul prêt.

En fait, le principal objectif de rachat de crédit pour les seniors consiste à recevoir un paiement forfaitaire mensuel inférieur aux remboursements de votre prêt actuel pour compenser la perte de revenu due au passage à la retraite. Cela nécessite que la durée du nouveau prêt soit suffisamment longue pour réduire significativement les mensualités, ce qui n’est pas sans poser de problème pour les plus de 65 ans.

Les types des dettes et prêts pouvant être regroupés

Par définition, la restructuration de crédit, le regroupement de crédit ou le rachat, aussi appelé regroupement de crédit, vise à éviter le surendettement. L’allongement de la durée de remboursement a pour but de réduire le montant total du remboursement mensuel. Dans le cadre de cette opération, les crédits existants seront remplacés par un crédit à un taux moins élevé que d’habitude.

Tous les prêts en cours peuvent être inclus dans l’opération de restructuration :

  • Prêt immobilier
  • Crédit à la consommation
  • Factures non payées
  • Crédit professionnel
  • Découvert bancaire

Astuce : vous pouvez réclamer un complément d’argent pour épargner par précaution ou pour mettre en place des projets, mais limitez le montant uniquement à ce dont vous avez besoin, surtout si vous ne disposez pas d’une retraite confortable.

Restriction de prêts : à qui faut-il adresser ?

Les demandes de rachat de crédit sont généralement divisées en trois catégories :

  • Fichier Locataire : La restructuration porte uniquement sur les crédits à la consommation, les découverts et les impayés.
  • Profil du propriétaire : La collection contient une ou plusieurs hypothèques. Notez que le processus est susceptible d’être plus efficace si vous êtes le propriétaire, même si le processus n’implique pas une hypothèque.
  • Dossier Mixte : Le processus comprend les crédits à la consommation et les crédits immobiliers.

Sachez que le choix de la période dépend du type de prêt à consolider. Habituellement jusqu’à 7 ans dans le premier cas et jusqu’à 20 ans dans le second cas.

À retenir : les règles qui s’appliquent aux dossiers composites varient selon le pourcentage du montant total de rachat représenté par l’hypothèque. Plus de 60%, les transactions sont soumises aux lois hypothécaires. Si moins de 60%, alors les dispositions du droit de la consommation s’appliquent.

Les banques de réseau

Les banques traditionnelles comme la BANQUE POSTALE, BNP Paribas, CREDIT AGRICOLE et SOCIÉTÉ GÉNÉRALE ont un fort potentiel représenté par le marché du rachat de crédit senior, d’autant plus qu’elles représentent une frange croissante de la population.

Leurs propositions de regroupement sont généralement supérieures à celles des organisations professionnelles, mais leurs normes d’analyse des risques sont également plus strictes. Les retraités inscrits au FICP ou ne disposant pas d’un logement de base sont tout aussi difficiles à joindre que les familles aux comptes bancaires négatifs. Enfin, sachez que si vos prêts sont regroupés par une banque concurrente, l’intégralité de vos revenus sera prélevée. Il faut donc changer de banque.

Astuce : veuillez d’abord contacter votre banque. Il est temps de revenir vers eux avec des offres concurrentes et de leur demander de faire correspondre la meilleure offre.

Les organisations spécialisées

Il s’agit d’acteurs du crédit en ligne tels que CETELEM, COFIDIS, COFINOGA ou SOFINCO, ainsi que d’institutions financières moins connues mais très actives dans le recouvrement des crédits aux personnes âgées telles que CREATIS, MYMONEYBANK ou CRÉDIT MUNICIPAL.

Les tarifs sont souvent plus élevés que dans les banques traditionnelles, mais les organismes spécialisés ont des critères de sélection plus souples et empêchent les seniors de changer de compte utilisé dans la même agence bancaire depuis plusieurs années.

Les courtiers

Beaucoup d’entre eux sont actifs sur le marché de regroupement de crédit. Vous pouvez choisir entre des sociétés nationales comme EMRUNTIS, CAFPI ou MEILLEURTAX et des courtiers locaux. Quelle que soit la taille de la société de courtage, nous vous recommandons fortement de choisir votre courtier en fonction des critères suivants :

  • Montant des frais : En plus des frais élevés offerts par les banques, les courtiers perçoivent des frais allant jusqu’à 1 % du montant du prêt.
  • Respect de la réglementation : les courtiers doivent être immatriculés à l’ORIAS et avoir des primes d’assurance responsabilité civile professionnelle en cours. Demandez à votre guide de vous assurer que ce dernier est déjà inscrit.
  • Nombre de courtiers partenaires : n’oubliez pas que certaines entreprises sont des agents exclusifs pour une seule entité. Donc, ils ne rivalisent pas pour vous. Pour obtenir de bons résultats, les courtiers doivent travailler avec un certain nombre d’organismes spécialisés dans les rachats de crédits.

Restriction de crédits pour retraiter : attention aux risques 

Malgré une réglementation stricte, plus d’un courtier sur cinq a été sélectionné par la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) dans une enquête auprès des principaux acteurs du marché : courtiers, institutions professionnelles et banques établies. De quoi inciter les candidats à un rachat de crédit à la plus grande prudence.

Attention aux offres exorbitantes

Les seules solutions de regroupement à envisager sont celles issues d’une étude de financement sérieuse menée par un professionnel spécialiste du regroupement de crédit. Chaque élément de la proposition doit faire l’objet d’une analyse minutieuse de votre part :

  • APR (pourcentage annuel) pour les nouveaux prêts
  • Paiement mensuel avant et après l’opération
  • Évolution du coût du crédit
  • Total des frais à payer : frais de courtage, frais de gestion, pénalités de remboursement anticipé, etc.

Astuce : Méfiez-vous des offres fantaisistes qui ne font de la publicité qu’avec le profit réalisé. Chaque solution intégrée augmente automatiquement vos coûts globaux.

Compter tous les frais

Le rachat de crédits n’est jamais gratuite. Vous devrez payer un certain nombre de commissions qui vont se répercuter sur le coût de l’opération, il y a donc intérêt à faire jouer la concurrence pour réduire la facture. 

Faites-vous aider par votre notaire

Une documentation valide est essentielle si la transaction implique un prêt hypothécaire ou immobilier garanti par un prêteur. Dans d’autres cas, cependant, vous pouvez contacter un notaire pour faire effectuer l’opération.

Connaître la réglementation applicable

En France, les emprunteurs bénéficient d’une sécurité accrue, notamment grâce aux réformes mises en place ces dernières années. Nous conseillons aux seniors de prendre connaissance de ce dossier sur les règles de restructuration de crédit avant de faire le premier pas.

Existe-t-il une analyse de risque particulière pour les personnes de plus de 60 ans ?

Les pièces justificatives jointes à l’étude des dossiers sont les mêmes pour ceux qui sont déjà retraités et ceux qui sont encore actifs, l’analyse des risques est basée sur les mêmes facteurs : patrimoine, nature et montant des passifs à consolider, niveau de revenus et banque compte pour l’entretien des biens. Les prêteurs estiment que les pensions sont garanties par l’État.

De plus, si vous avez 65 ans ou plus, notez que vous êtes limité dans le choix de la durée du nouveau prêt. Ensuite, il y a la considération de la solvabilité de votre dette et en particulier si le taux d’endettement reste dans la fourchette généralement acceptée de 33 % de la pension.

À noter : dans le cas d’une donation au dernier vivant ou d’une répartition des biens, la question peut être plus compliquée : par exemple, l’usufruitier reste entre les mains des parents et les biens sont transmis aux enfants.

L’assurance emprunteur

Cela a souvent un effet dissuasif sur les rachats de prêts auprès des seniors.

Si vous êtes encore actif

Même si vous êtes seniors, vous devez bénéficier de la même protection que le salarié, à savoir :

  • Décès
  • Perte d’autonomie
  • Invalidité de travail (ITT et IPT)

Les frais d’assurance sont un vrai problème pour les emprunteurs de plus de 50 ans, d’autant plus qu’un peu antécédents médicaux mineurs entraînent souvent des exclusions et/ou des augmentations de prix.

Si vous êtes retraité

En particulier, le tarif du contrat pour l’assurance senior est plus élevé, mais il n’est pas nécessaire de souscrire toutes les garanties. En fait, vous n’êtes plus en affaires, vous n’avez donc pas besoin de congés de maladie ou d’une assurance invalidité complète. Seules les couvertures décès et PTIA sont requises, divisant généralement le prix par deux.

À noter : L’assurance emprunteur est généralement facultative si le rachat concerne uniquement des crédits à la consommation.

Exemple chiffré d’une restriction de crédits pour les séniors

Nous allons prendre l’exemple d’une coupe séniors. Monsieur a 64 ans tandis que madame est âgée de 63. Les pensions sont de 2 600 € nets mensuels et leur situation financière est la suivante :

Situation avant le regroupement de prêts

Nature des dettes

Capital restant dû

Mensualité

Crédits conso

5 000 euros

167 euros

Prêt-auto

12 000 euros

216 euros

Réserve d’argent

6 000 euros

111 euros

Prêt immobilier

110 000 euros

599 euros

Totaux

133 000 euros 

1 093 euros

Taux d’endettement : 42 %

Situation après le rachat de crédits

Modalités du nouvel emprunt

Mensualité unique

Prêt unique 133 000 euros sur 15 ans

855 euros

Taux d’endettement : 32,88 %

Gain en pouvoir d’achat mensuel: 238 euros

Dans cet exemple, l’opération d’achat a endetté le couple jusqu’à 79 ans pour M. et 78 ans pour Mme.

Alternatives au regroupement de crédits

Le rachat de crédit n’est pas toujours nécessaire pour sortir d’une situation financière difficile. Dans de nombreux cas, il existe des solutions peu coûteuses qui peuvent réduire les coûts et équilibrer le budget.

Renégociation à l’amiable

C’est le premier pas. Si vous êtes retraité, rappelez-vous qu’une garantie de l’État sur vos revenus est un atout important. Une renégociation amicale, en revanche, peut faire plus que vous ne le pensez.

  • Prêts via la gestion : Soumettez une proposition de paiement par écrit et demandez à effectuer des paiements mensuels si tous les paiements (taxes, gaz, électricité, etc.) n’ont pas encore été effectués.
  • Prêts en cours : renégocier l’allongement de maturité uniquement pour les prêts dont les mensualités sont plus élevées.
  • Factures impayées : faites une conversation avec tous les fournisseurs et expliquez vos difficultés. Offrez une différence (raisonnable) pour rembourser la dette. Certains préfèrent vous donner un délai plutôt que de risquer de ne pas être payé.
  • Découvert bancaire : Si votre découvert est systématiquement supérieur au coût maximum autorisé, faites la négociation d’une autorisation plus large pour esquiver les paiements liés à l’incident. N’oubliez pas qu’une fois que vous avez accumulé des découverts pendant 30 jours consécutifs, vous avez l’obligation légale de normaliser la situation.

Créer un dossier de surendettement

Si les négociations amiables échouent et que votre situation financière s’est dégradée à un point tel que vous ne pouvez plus tenir vos délais, vous pouvez déposer votre dossier de surendettement auprès de la Banque de France. Si votre demande est acceptée, le comité contactera chaque créancier et négociera le partage de votre dette. À noter que le coût de renégociation de la commission de surendettement est généralement inférieur à celui du rachat de crédit.

Le PVH 

Un prêt viager offre au propriétaire une alternative intéressante au regroupement de crédit dès lors que deux conditions sont remplies :

  1. Vous n’avez pas d’héritiers directs, ou il n’y a aucun problème pour dissoudre l’héritage.
  2. Vous êtes au courant de l’évolution des frais de l’opération chaque année.

Le processus d’obtention d’un prêt hypothécaire est simple : vous empruntez une somme qui vous sera versée sous forme de capital ou de rente, et dont le paiement est différé jusqu’à votre décès.

Une hypothèque complémentaire permet d’obtenir un nouveau prêt garanti par une nouvelle inscription d’une hypothèque dite de second rang. Cela n’est possible que si vous disposez de réserves hypothécaires suffisantes (la différence entre la valeur de votre logement et le montant de votre mise de fonds).

Le viager

Certes, les rentes ont mauvaise réputation, mais il n’en demeure pas moins que cette solution peut être bien plus attractive que la PVH et une véritable alternative au rachat de crédit pour les seniors. Les créanciers peuvent bénéficier d’un capital immédiat (package) et d’une rente, en gardant leur logement jusqu’au décès. Il suffit de compléter la petite pension et de compenser la baisse de revenus des futurs seniors. Afin de définir la valeur de la rente et du bouquet, il faut tenir compte de trois facteurs, dont le bien immobilier libre ou occupé, le viager (une ou deux personnes) ainsi que les âges des 

Sachez que la valeur de la rente ainsi que du bouquet 

À noter que la valeur du bouquet et de la rente dépend de 3 facteurs :

  1. Logement libre ou occupé
  2. Viager sur une ou deux têtes
  3. Âges des créditeurs de la rente viagère.

En guise de conclusion, le rachat de crédit est une solution permettant aux seniors d’anticiper une baisse de revenu à la retraite, et également de financer un emploi ou un autre projet pour améliorer la trésorerie de leurs enfants. Il existe également des alternatives au regroupement de prêts comme la négociation à l’amiable, le montage du dossier de surendettement ainsi que le viager.